Quand la marine impériale bombardait Nancy Agrandir l'image

Quand la marine impériale bombardait Nancy

Nouveau

1916-1917
Le Centenaire du “Gros Max” de Hampont

Grand format 22 x 32,5 cm
Plus de 150 illustrations

Plus de détails

24,00 €

Ajouter à ma liste

Fiche technique

Format 22 x 32,5 cm
Nombre de pages 100 pages
ISBN 2-911992-92-X
Poids 0,6 kg
Reliure souple, pelliculée
Langue Français
Année de parution 2016
Auteur(s) Jean-Claude Laparra, Christian Pautrot, Arsène Felten, Patrice Loiseleux-Ramos, Eugène Nabunsky

En savoir plus

Nouveauté disponible !

Le « canon de Hampont », souvent appelé le « Gros Max », est une très grosse pièce d’artillerie de la marine allemande, mise en place pour un emploi terrestre en Moselle, entre Hampont et Château-Salins.

À partir du 1er janvier 1916 et jusqu’au début de 1917, ce super canon de 260 tonnes exécute, par-dessus le front, des bombardements sur trois agglomérations de Meurthe-et-Moselle : Nancy, Dombasle-sur-Meurthe et Lunéville. Servi par des canonniers marins, il crache, à une trentaine de kilomètres, environ 150 énormes obus qui occasionnent des dégâts et provoquent des victimes.

Cent ans plus tard, il ne reste rien de cette pièce. Sur son site subsistent des vestiges ; son activité et ses conséquences ont laissé des traces dans les archives, et son souvenir s’est transmis, de manière fragmentaire, dans la mémoire des habitants des localités concernées par sa présence et ses tirs. Pourtant, ce « Gros Max » semble méconnu du grand public, et c’est pour faire mieux connaître cet épisode de la Grande Guerre que ce livre a été rédigé.

L’ouvrage ne se limite pas à décrire le « Gros Max » lui-même : un tube de marine, sur un affût fixé sur une plate-forme, et ses tirs. Il passe en revue tout ce qui, dans ce matériel, constitue une « démesure » par rapport à son importance dans l’Histoire : d’une part ses dimensions, ses performances, son environnement spécifique, ses soutiens et sa logistique ; d’autre part sa place dans les préoccupations des autorités militaires et civiles françaises. Il explique notamment les raisons de l’emploi d’une telle pièce et cherche à découvrir pourquoi le haut commandement allemand a interrompu son activité.

La diversité des aspects abordés et la richesse de l’iconographie résultent de la collaboration des auteurs, qui ont mis en commun leurs connaissances et leurs fonds.